Galette janvier 2018

0
88

Nous vous avons donc invité à boire un verre et à partager une galette à l’occasion de la nouvelle année. Donc bonne année 2018 à tous. C’est aussi l’occasion de faire un point et d’échanger de façon informelle.

Gentilly à gauche autrement s’est créé il y a maintenant une douzaine d’année sur un besoin d’ouverture de la municipalité de l’époque (il fallait dynamiter le face à face stérile PC / PS) et sur une volonté de promouvoir une participation active des citoyens dans la gestion de la cité, la démocratie participative, mais pas que ça.

C’est le projet central que l’on a porté à côté d’une présence active dans de nombreux domaines de la vie locale : vie municipale, associations, conseils de quartier…

Les choses ont effectivement évolué dans cette ville depuis 2005. L’union de la gauche classique a volé en éclat en 2008. Le PC n’a plus la majorité absolue au conseil municipal à lui tout seul. Une ouverture, de réels débats, ont eu lieu. GGA est devenu la deuxième force politique de la majorité municipale. Un groupe commun de cette majorité s’est créé, mélangeant à 50 / 50 militants de partis (PC, GGA, 1 EELV) et non encartés, avec un rajeunissement et une diversité forte. Ce groupe est aujourd’hui co présidé par un PC et un GGA, impensable il y a encore 2 ans.

Pour autant, on s’est arrêté en quelle que sorte au milieu du gué. Trop de décisions restent prises dans un petit cercle. La démocratie participative patine. On ressent dans ce nouveau mandat depuis 2014 une certaine crise. Les expressions du type « majorité à bout de souffle », « usée » ne sont plus tabou, au sein même de cette majorité, pas seulement de GGA. Cette « morosité » est renforcée par une situation budgétaire devenue fragile. Gentilly connaît comme toutes les communes des baisses de recettes. Mais surtout, son modèle économique est remis en cause, c’était la fiscalité sur les entreprises, qu’on encourageait à venir, qui permettait de financer la politique sociale. Aujourd’hui, une grande partie de la fiscalité sur les entreprises part au Territoire, à la Métropole, le modèle ne fonctionne plus. On est dans une période de grande incertitude.

En même temps, il y a des acquis considérables, une politique sociale forte, un urbanisme maîtrisé avec des acquisitions foncières, j’y reviendrais. Mais tout cela est difficile à tenir. La situation pour la gauche devient dangereuse à Gentilly, comme cela a déjà été le cas ailleurs. Si la droite reste faible, il faut plutôt craindre l’émergence d’une volonté d’alternance avec des macronistes, les restes du PS, certains écolos (pas tous), des protestataires divers. L’ambiance

« dégagiste » de 2017 peut perdurer.

Il va donc falloir se poser la question de notre positionnement dans tout ça. Il nous faut à la fois assurer une continuité à gauche et chercher un renouvellement, des innovations plus radicales.

Continuité à gauche, c’est faire en sorte que la municipalité ne bascule pas à droite. Ceci aurait des conséquences catastrophiques sur la politique sociale (et donc pour les plus démunis), sur la maîtrise de l’urbanisme, par exemple. Nous avons de critiques, sur ce dernier point en particulier (cf. notre récente Lettre citoyenne), mais sur la nécessité de garder la main, de ne pas ouvrir à tout vent aux promoteurs, nous sommes d’accord.

Renouvellement des pratiques, des responsables, innovations. Il faut accélérer fortement.

GGA est concrètement dans une position centrale pour tout cela. Nous avons des idées pour accentuer fortement les dynamiques de prise en main par les citoyens de leurs affaires (ce n’est pas facile mais nous y croyons). Nous sommes depuis notre création sur l’idée que l’irruption des citoyens sans partis peut être un remède (pas le seul sans doute) à la crise du politique, à l’usure des partis.

GGA est également en situation de pouvoir demander plus au conseil municipal, en direction municipale (en nombre de conseillers, d’adjoints). C’est bien sûr le meilleur moyen de faire avancer nos idées, de garantir la diversité, l’ouverture, le partage du pouvoir. Ceci est aussi en lien avec le fait que nos partenaires, le PCF, peinent à se renouveler, à faire émerger de nouvelles têtes. Nous sommes aussi en situation d’être les plus unitaires à gauche, un rassemblement clair étant une clé indispensable de la réussite.

Pour autant, nous faisons aussi (GGA) partie des faiblesses de la majorité actuelle. Nous savons dire ce qui ne va pas, mais nous peinons à construire les remèdes, à mettre en pratique nos idées. Nous sommes très actifs, mais peu nombreux, avec un problème de renouvellement de génération.

Donc, pour passer un nouveau seuil, relancer une dynamique pour que lé ville reste à gauche, mais avec un renouvellement puissant, GGA va avoir besoin de contributions au-delà de ses forces actuelles. Le challenge est intéressant, il faut trouver les moyens de le mettre en oeuvre.

En conclusion, tout cela implique des axes de réflexion, qui pourraient tourner autour de trois thèmes :

  • Comment accentuer, rendre plus réelle, l’implication des citoyens. Passer de l’intention à la réalité, plus fortement qu’aujourd’hui.
  • Comment convaincre nos partenaires d’ouvrir en grand les fenêtres, pas seulement en parole ou à dose homéopathique, mais en réalité. Ils en débattent d’ailleurs eux-mêmes aujourd’hui, c’est un levier. Pourquoi (entre autre) : pour garder la confiance des habitants, pour trouver des solutions au plus proche des gens, dans un contexte budgétaire nouveau, pour renouveler complètement les pratiques politiques.
  • Comment s’organiser pour atteindre les objectifs esquissés. Comment ne pas reproduire les partis « classiques » tout en faisant du collectif (les non encartés indépendants sont souvent un peu isolés). Comment chacun peut apporter sa pierre à sa façon. Ceci concerne GGA, mais aussi un éventuel collectif citoyen de l’ensemble de la majorité, au-delà du groupe des élus.

Nous avons apporté quelques infos sur la situation à Gentilly, sur comment on voit les choses.

Ce soir, l’idée c’est plutôt des discussions informelles. On pense faire une réunion plus formelle au printemps sur les sujets abordés, avec en arrière plan les prochaines municipales de 2020.

Nous avons aussi défini 4 thèmes à avancer en 2018 (d’autres étant possibles s’il y a du monde pour les prendre en charge). Donc si vous voulez vous impliquer (pour que ça avance, GGA ne pouvant tout faire seul, vous l’aurez compris) il y a une feuille sur la table pour vous inscrire.

 Les sujets c’est entre autre :

1. L’arrivée de la gare du métro ligne 14 et l’impact sur le quartier Péri, dont le devenir des terrains du collège Curie

2. Comment réellement et concrètement mettre en place la démocratie participative, quelle organisation adopter ?

3. Arriver rapidement à une circulation apaisée dans Gentilly, zone 30 généralisée, communication et pédagogie.

4. Aller vers un service public de l’eau au 1 er janvier 2020. Sortir du contrat Véolia, construire une solution alternative, impliquer les citoyens.

Est-ce qu’il y a des questions, un court débat est possible. Sinon on passe directement à la galette, tout en échangeant bien sûr.