Prises de parole PADD

0
69

Je voudrais apporter quelques éléments au débat. D’abord, je souhaiterais souligner qu’un PADD est un document d’orientation politique.

Aujourd’hui nous sommes à une étape importante de la construction du Plan local d’urbanisme intercommunal travaillé par le Grand Orly Seine Bièvre en concertation avec les communes qui la compose. Une gageure quand on sait que les réalités du territoire, entre zones urbaines denses en proximité immédiate de Paris et zone rurale de l’Essonne, sont variées.

Afin de répondre au mieux aux aspirations des habitantes et habitants du territoire plusieurs niveaux de concertations ont été mis en place : avec les maires, via des réunions publiques, des caravanes urbaines, une exposition permanente présente au pôle urbain.

Cette concertation est essentielle et au niveau de notre groupe, nous souhaitons la poursuivre en allant à la rencontre des habitants dans les différents quartiers de la ville pour qu’ils partagent avec nous leur vision de la ville de demain.

Car il est important de recueillir des avis des représentatifs de tous les habitants de Gentilly. Dans les différentes réunions organisées, il était frappant de constater que la moyenne d’âge des personnes présentes était élevée. Or, la ville de demain, c’est notre jeunesse qui la vivra. Il est important aussi de dépasser les débats d’experts qui peuvent parfois impressionner, mais qui sont une manière parmi d’autre de porter un projet politique.

Ce PADD, qui fixe les grands axes stratégiques du PLUI est de bon augure : ses deux fils directeurs sur le combat et l’adaptation au dérèglement climatique et sur la solidarité, le vivre ensemble, le droit à la ville sont au cœur du projet politique de notre majorité municipale.

La ville de Gentilly, à travers la délibération qui vous est présenté, fait entendre sa voix pour que les spécificités de son territoire soient respectées et dans l’objectif de ne pas obérer l’avenir, en proposant, par exemple, d’inclure dans le PADD l’extension de la ligne 5.

Il est important de préserver la physionomie globale de la ville, avec des quartiers populaires et des zones pavillonnaires, des zones denses et d’autres moins. Avec une densification encadrée, compatibles avec nos équipements publics et la présence d’espaces verts. Important aussi d’avoir une activité économique diversifiée : des commerces, de l’artisanat, des PME, de la production et pas seulement des bureaux mêmes si ceux-ci sont également nécessaire dans une proportion raisonnable.

Pour finir, nous serons vigilants dans les prochains mois, en concertation avec les habitants de la ville, sur la déclinaison des objectifs stratégiques de ce PADD en orientations d’aménagement et de programmation sectorielles et thématiques afin qu’elles répondent aux aspirations que nous avons pour notre ville.

L’importance des activités économiques diversifiées. Les activités éco sont nécessaires pour l’emploi et pour assurer des rentrées de taxe foncières à même de financer la politique sociale. Mais, il faut certes des bureaux (ils sont de toute façon pour l’essentiel en cours de construction), mais il faut aussi être volontariste pour des activités diversifiées: artisanat, production, commerces. Il faudrait que le PADD insiste sur cette notion d’activité économique diversifiée, et qu’ensuite on voit comment passer concrètement du principe à la réalisation. Il y a par exemple beaucoup de nouvelles cases commerciales qui vont être créées, et une demande pour que les rez de chaussée de certains immeubles soient consacrés à des activités = comment le faire effectivement.

* L’enjeu d’une pause urbaine effective. On a vu avec Fatah qu’avec les constructions actuelles on allait passer les 20 000 habitants (avec un abaissement à 48 % du taux de logements sociaux) et a priori il faut s’arrêter là pour d’abord digérer tout ça, en particulier en termes de services publics: adaptation des écoles, refonte de certains équipements sportifs… Il ne faudrait pas que le PADD nous pousse à continuer à densifier trop. ça pose la question en particulier de quoi faire sur les terrains

Toutefois, la prise en compte de certains enjeux importants pour Gentilly devrait être améliorée,

réaffirmée ou explicitée :

Densification ciblée : L’objectif de reconstruire la ville sur la ville et de concentrer le

développement urbain dans les secteurs déjà denses, bien desservis par les aménités

répond à la fois à un besoin écologique de préservation des espaces naturels et agricoles

(ZAN) et à une nécessité de mutualisation des équipements lourds, notamment en matière

de mobilité. Il doit toutefois être nuancé en fonction des spécificités locales, d’une part

pour tenir compte de la capacité d’accompagnement de ce développement par la mise à

niveau des équipements publics qu’il engendre, d’autre part pour respecter une

composition mixte des tissus urbains y compris à proximité des gares, par la prise en

considération des formes pavillonnaires lorsqu’elles n’ont pas vocation à disparaître.

Urbanisme équilibré et respectueux : le projet de PADD envisage la réponse à la

diversité des besoins et évolutions démographiques uniquement via la densification de

secteurs ciblés, déjà denses. Il semble néanmoins nécessaire, pour éviter l’hyperdensification,

d’envisager également la notion de densification douce de certains secteurs

moins denses, permettant d’équilibrer la réponse aux besoins sur une portion plus large du

territoire, dès lors que la proximité des aménités est suffisante sans pour autant générer

d’étalement urbain.

Nature en ville et biodiversité : le projet de PADD mentionne l’objectif de

sanctuariser « les réservoirs de biodiversité existants ». Dans ce cadre, il paraît

indispensable que le diagnostic identifie au préalable ces réservoirs existants.

Désimperméabilisation des sols / espaces verts de pleine terre : il s’agit d’un enjeu

majeur qui doit irriguer l’ensemble des projets. Il doit cependant être adaptable localement

pour tenir compte de la nature des sols et des sous-sols, notamment de la présence

d’anciennes carrières ou d’argile, ce qui concerne environ les trois quarts de la superficie

de la commune de Gentilly, afin d’éviter la mise en danger des personnes et des biens.

Mobilités / Grandes infrastructures : L’arrivée de la gare du Grand Paris Express

« Kremlin-Bicêtre -Gentilly / Hôpital Bicêtre » (ligne 14) doit être accompagnée d’un plan

ambitieux de rabattement du réseau bus et assurer la cohérence intermodale notamment

des modes doux. La prolongation de la ligne du métro 5 devrait également être posée

comme objectif dans le cadre du PLUI, de la place d’Italie vers le sud (Gentilly, Arcueil,

Cachan, L’Haÿ-les-Roses, Fresnes) afin de mieux desservir les secteurs de la vallée de la

Bièvre, l’ensemble des infrastructures lourdes étant aujourd’hui concentrées sur les

coteaux.

Coupures urbaines : Le projet de PADD comporte l’objectif d’atténuation des coupures

urbaines par des franchissements, connexions et ouvertures d’emprises foncières. Il

devrait être complété par l’inscription de la notion de couverture, notamment pour les

infrastructures routières et ferroviaires (A6a et RER B à Gentilly). De même, l’objectif de

récupérer un couloir sur le périphérique parisien au bénéfice d’espaces verts et apaisés

côté Gentilly (forêt linéaire) devrait être inscrit. Enfin, le projet de franchissement du

périphérique au droit de la gare RER B vers la Cité Universitaire devrait également être

mentionné.

 tout expert, sous ses habits de sachant, prétexte des états de faits pour porter un projet politique. Et le projet politique de notre ville dans le cadre du PLUI doit se construire en écoutant les aspirations du plus grand nombre.

Ce PADD

Territoire mais s’inscrit dans un champs plus vaste au niveau de la commune : Habitat dans tout ses Etats, Charte de développement et de construction durable, réflexion sur la nature en ville, les circulations douces, le droit à la ville…

Concertation oui. Allez plus loin. Frappé par la moyenne d’âge des participants. Allez à la rencontre pour ne pas en faire un débat d’experts.

Pour le vote du PADD du Plan Local d’urbanisme intercommunal, nous pouvons insister sur le fait que c’est d’abord :

  • Un projet porté par EPT GOSB
  • Que le PADD est le projet politique du territoire en matière d’aménagement urbain. Que la ville compte bien faire entendre sa voix
  • QU’il met la nature en ville, l’habita, les mobilités douces, les transports, la santé au cœur du projet
  • La concertation a eu lieu avec les caravanes urbaines, les réunions publiques, l’exposition permanente du PluI au pole urbain 17 val de marne
  • Que le droit à la ville y est intégré : se loger, se soigner, se mouvoir, respirer, profiter de la nature, des espaces et équipements publics…
  •  
  •  

Bonjour Gilles et David

Un rappel pour avoir un doc court

Le PADD est avant tout un document très politique qui doit être porté par les élus,

il comprend des orientations générales qui ne sont pas directement opposables

tandis que les OAP (orientations d’aménagement et de programmation) par secteurs, plus précises, restent opposables,

et pour moi c’est sur les OAP qu’il faudra veiller

A quoi doit ressembler un PADD ?

La principale qualité de ce document est d’être destinée à tous les citoyens.

Un document court et non technique

Il doit donc être rédigé très simplement, ne pas dépasser quelques pages .

La partie : Mobilités / Grandes infrastructures 

Orientations générales en matière de transports,

par exemple en limitant le nombre de places de stationnement dans les opérations d’aménagement d’espaces publics,

(mais pas de limitation de vitesse type 20 ou 30km qui relève de pouvoir de police du maire).

Voilà pour moi….

Bonne apm

Serge

Le : 04 décembre 2022 à 15:52 (GMT +01:00)
De : “Gilles Allais” <gilles.allais@yahoo.fr>
À : “ALLAIS David” <D.ALLAIS@ville-gentilly.fr>
Cc : “camier.groupe Camier/ GGA” <camier.groupe@wanadoo.fr>
Objet : Re: TR: Note DM 28/11 – PADD

Bonjour,

D’après ce que je comprend, l’avis du conseil municipal contiendra en particulier les “demandes de prise en compte ou de précisions pour Gentilly” contenues dans le § 3 de la note DM, page 6 et 7.

Ce qui y figure me paraît bien, en particulier la réaffirmation de la préservation des zones pavillonnaires dans une zone dense. J’imagine que le PADD intercommunal n’est sans doute pas aussi affirmatif.

Peut être faudrait il ajouter deux sujets:

* L’importance des activités économiques diversifiées. Les activités éco sont nécessaires pour l’emploi et pour assurer des rentrées de taxe foncières à même de financer la politique sociale. Mais, il faut certes des bureaux (ils sont de toute façon pour l’essentiel en cours de construction), mais il faut aussi être volontariste pour des activités diversifiées: artisanat, production, commerces. Il faudrait que le PADD insiste sur cette notion d’activité économique diversifiée, et qu’ensuite on voit comment passer concrètement du principe à la réalisation. Il y a par exemple beaucoup de nouvelles cases commerciales qui vont être créées, et une demande pour que les rez de chaussée de certains immeubles soient consacrés à des activités = comment le faire effectivement.

* L’enjeu d’une pause urbaine effective. On a vu avec Fatah qu’avec les constructions actuelles on allait passer les 20 000 habitants (avec un abaissement à 48 % du taux de logements sociaux) et a priori il faut s’arrêter là pour d’abord digérer tout ça, en particulier en termes de services publics: adaptation des écoles, refonte de certains équipements sportifs… Il ne faudrait pas que le PADD nous pousse à continuer à densifier trop. ça pose la question en particulier de quoi faire sur les terrains ex collège Pierre Curie, en proximité de la gare de la ligne 14.

As – tu le texte du projet de PADD, sur lequel le CM donne donc un avis le 15 décembre?

Serge: que penses tu de tout ça et as – tu des choses à ajouter?

Bonne soirée.

Gilles

PADD / PLUI / Eléments de position GGA

Notre ville évolue, elle va bientôt dépasser les 20 000 habitants. Nous considérons que c’est une bonne chose, cela va conforter nos commerces et apporter de nouvelles ressources pour le développement de nos services. Il faut cependant d’urgence maîtriser ce développement, la densité atteinte se rapproche du maximum possible dans notre espace restreint..

De ce point de vue, nous considérons effectivement importante la notion de densification ciblée. L’EPT, le SCOT poussent à la densification dans la 1 ère couronne parisienne, mais il y a une nécessaire prise en compte des spécificités locales, pour tenir compte en particulier de la capacité à suivre en matière d’équipements publics. Il importe aussi, comme c’est dit dans l’exposé des motifs, que soit bien inscrit dans le PADD puis le PLUI la volonté de préserver les zones pavillonnaires, en leur donnant les moyens de résister à la pression des promoteurs. Il va s’agir en particulier d’empêcher les « remembrements » permettant de construire des immeubles dans ces zones.

Pour nous, les priorités pour ce PLUI sont les suivantes :

(1) Aller vers une ville verte, pour faire face aux effets du réchauffement climatique. Il faut utiliser les « vides » existants, végétaliser systématiquement les toits, entre autre.

(2) Préserver une ville populaire aux portes de Paris, où tout le monde doit pouvoir se loger, pour, en particulier réduire les temps de transport, limiter l’usage de la voiture, contribuer à stopper l’étalement urbain, objectif écologique majeur.

 (3) Trouver le bon équilibre entre logements, espaces verts, services publics, activités économiques.

Cet équilibre va nécessiter des compromis entre les différentes exigences dans notre environnement contraint. Il est en effet essentiel de répondre aux aspirations de toutes les catégories de population. Les orientations pour ce PLUI doivent rassembler tous ceux qui sont à la fois pour une poursuite d’une politique sociale forte et pour une politique audacieuse afin de lutter localement contre le réchauffement climatique. Le besoin d’un logement décent est primordial pour beaucoup. Le développement des îlots de fraîcheur, de la pleine terre est indispensable pour tous.

Sur la question des activités économiques, il est essentiel qu’elles soient diversifiées. Ces activités, et donc ces entreprises, sont nécessaires pour l’emploi et pour assurer des rentrées de taxe foncières à même de financer la politique sociale. Mais, s’il faut certes des bureaux (ils sont de toute façon pour l’essentiel existants ou en cours de construction), il faut s’assurer qu’ils ne soient pas vides et donc voir quel règlement instaurer pour les futures constructions ou reconstructions, pour les remplir effectivement et prévoir la possibilité qu’ils soient réversibles en logement. Il faut aussi être volontariste pour des activités diversifiées: PME de toutes sortent, artisanat, production, commerces. Il faudrait que le PADD insiste sur cette notion d’activité économique diversifiée, et qu’ensuite on voit comment passer concrètement du principe à la réalisation. Il y a par exemple beaucoup de nouvelles cases commerciales qui vont être créées, et une demande pour que les rez de chaussée de certains immeubles soient consacrés à des activités. Il faut déjà se poser la question de comment le faire effectivement, comment attirer des commerces et des activités dans ces lieux, avec des loyers qui seront élevés.

Un autre point nous paraît essentiel, c’est celui des mobilités liées aux grandes infrastructures et tout particulièrement le réseau de bus à créer autour de la nouvelle gare de la ligne 14. Nous sommes inquiets sur ce point, rien ne semblant encore prévu à moins de 2 ans de l’ouverture de la gare.

Un dernier point concerne tout particulièrement notre commune, c’est celui des coupures urbaines. Il faut effectivement insister sur la couverture, au moins partielle, du RER B et sur le franchissement avec une passerelle entre la cité universitaire et la gare nord du RER B.

Conseil municipal du 15 décembre 2022

URBANISME – Débat sur l’avant-Projet d’Aménagement et de Développement Durables

(PADD) du futur Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUI)

En 2021, le Conseil Territorial du Grand-Orly Seine Bièvre prescrivait l’élaboration du Plan Local

d’Urbanisme Intercommunal (PLUI) à l’échelle de ses 24 communes membres, dont GENTILLY. La

compétence a été transférée à l’Etablissement Public Territorial (EPT) dès sa création par la loi portant

Nouvelle Organisation Territoriale de la République (dite loi NOTRe). Au terme de la procédure

prévue en 2025, le PLUI se substituera au Plan Local d’Urbanisme de la commune. La délivrance des

autorisations d’urbanisme restera une compétence propre du maire.

La décision d’élaborer le PLUI est motivée :

 par la volonté de répondre aux besoins des communes, certaines disposant de PLU anciens

ou dont le projet urbain (PADD) ne correspondait plus au contexte local ;

 par le besoin de traduire le projet de territoire du Grand-Orly Seine Bièvre, élaboré sous

la précédente mandature et confirmé par les nouveaux élu·e·s territoriaux. Ce projet de

territoire, à dimension plus large qu’un PLU et visant à structurer les politiques publiques

portées par les communes membres de l’EPT, se structure autour de 4 exigences : combattre

les dérèglements climatiques et les nuisances (transition énergétique, sobriété, réparation des

nuisances, nature en ville), garantir la ville et la qualité de vie pour tous (logements

abordables, emplois et insertion, cohésion territoriale, accès aux services publics), anticiper les

évolutions de vi(ll)e (mobilité, transformation des quartiers de gare, équipements et espaces

publics, ville intelligente et inclusive), s’affirmer comme un territoire métropolitain

incontournable (territoire productif et innovant, franchissements et coupures urbaines,

tourisme urbain) ;

 par la volonté de traduire les politiques publiques sectorielles portées par l’EPT au travers

du futur Plan Climat Energie Territoriale (PCAET), le Programme Local de Prévention des

Déchets Ménagers et Assimilés (PLPDMA), les futurs schémas directeurs territoriaux

d’assainissement ou de logistique, etc. ;

 l’impératif de permettre la réalisation des opérations d’urbanisme et d’aménagement

portées par les communes et les partenaires, quel que soit le mode de réalisation (Zone

d’Aménagement Concerté, urbanisme négocié, etc.). Plus de 70 projets urbains et 11

Nouveaux Projets de Rénovation Urbaine, de plus en plus intercommunaux (Campus Grand

Parc, SENIA, etc.), sont à l’oeuvre sur le territoire du Grand-Orly Seine Bièvre.

Conformément au principe de coopérative de villes, l’EPT Grand-Orly Seine Bièvre co-construit ce

document avec les communes qui sont associées à chaque étape avec des temps de travail collectifs

ou bilatéraux. La conduite du projet comprend également la concertation institutionnelle avec les

grands partenaires du territoire (Etat, Région, Départements, chambres consulaires, aménageurs,

grands opérateurs comme l’AP-HP, le MIN de Rungis, ADP, Haropa Port, etc.). Elle intègre enfin une

importante concertation avec la population à deux échelles : à l’échelle du territoire sur de grandes

thématiques transversales (nature, eau, habitat, mobilités, santé, commerces, Seine, etc.) et à l’échelle

des communes en fonction de leurs souhaits, leurs besoins et leurs pratiques.

A ce titre, la commune de Gentilly a fait le choix clair d’associer fortement les Gentilléen.nes tout au

long de la procédure d’élaboration, en retenant l’ensemble des dispositifs de concertation proposés par

l’EPT et en mettant à profit le temps de cette élaboration pour engager une démarche réflexive et

active, « Inventons les transitions urbaines pour une ville à notre image », permettant collectivement

de penser, discuter, anticiper, conditionner, préfigurer le futur PLUI, au travers de différents outils

complémentaires :

– la modification du PLU en vigueur pour agir rapidement et affirmer l’orientation des

évolutions souhaitées par la ville dans le futur PLUI ;

– la charte de développement et de construction durables destinée à fixer un cadre partenarial

clair et exigeant avec les porteurs de projet pour préserver le caractère populaire de la ville,

réaffirmer avec force le droit à la ville pour tous, poursuivre l’amélioration du cadre et des

conditions de vie de chacun ;

– l’étude stratégique sur l’ensemble de la commune, pour préciser, organiser, hiérarchiser,

prioriser les secteurs et le niveau des interventions ;

– l’évolution de la taxe d’aménagement pour favoriser le financement des équipements publics ;

– la mise en oeuvre du « Manifeste de l’Habitat dans tous ses états ».

A Gentilly, cette concertation autour de l’élaboration du PLUI a d’ores et déjà pris des formes variées

et il s’agira de poursuivre cette diversification :

 Panneaux de concertation lors de la Fête de la ville (26 juin 2022)

 Caravane urbaine des quartiers du 16 au 24 septembre 2022

 Exposition évolutive au sein des services urbains depuis septembre 2022, accompagné d’un

registre de concertation,

 Ateliers participatifs autour de la construction du projet de PADD (19 octobre 2022)

 Restitution-débats autour de la construction du projet de PADD (14 novembre 2022)

L’élaboration du PLUi est prévue sur une période de 4 ans, rythmée par la réalisation des différents

documents, puis une phase de consultation des personnes publiques et de la population au travers

d’une enquête publique.

La procédure arrive à un moment clef avec l’élaboration du Projet d’Aménagement et de

Développement Durables (PADD), document pivot du futur PLUi sur lequel sera construite la

nouvelle réglementation de l’urbanisme. Le PADD définit les orientations générales des politiques

d’aménagement, d’équipement, d’urbanisme, de paysage, de protection des espaces naturels, et

de préservation ou de remise en bon état des continuités écologiques. Il arrête les orientations

générales concernant l’habitat, les transports et les déplacements, les réseaux d’énergie, le

développement des communications numériques, l’équipement commercial, le développement

économique et les loisirs, retenues pour l’ensemble de la commune. Il fixe des objectifs chiffrés de

modération de la consommation de l’espace et de lutte contre l’étalement urbain. Il est donc

l’expression du projet politique que les élu·e·s souhaitent donner au projet urbain porté par le Grand-

Orly Seine Bièvre et qui sera traduit par le PLUi dans son règlement d’urbanisme.

L’EPT a fait le choix de travailler ce PADD au premier semestre en associant toutes les communes

dans un travail itératif qui a consisté :

 en un travail d’analyse de chaque PADD communal afin de dégager les lignes de

convergence des divers projets urbains ;

 en une rencontre avec chaque Maire des communes pour identifier les grands enjeux de

développement urbain actuels et futurs, les particularismes locaux fondant l’identité de la

commune, les éléments d’attention à prendre en compte ;

 en plusieurs ateliers de travail réunissant les Maires et leurs équipes pour identifier et

hiérarchiser les enjeux puis les orientations, positionner le cadre global et décliner les

objectifs. Un atelier spécifique à l’habitat a été organisé et l’esquisse puis l’avant-projet ont

été présentés aux élu·e·s.

En parallèle de ce travail, l’EPT a intégré les éléments de la concertation :

 concertation institutionnelle avec les personnes publiques ou partenaires ayant porté à la

connaissance du Grand-Orly Seine Bièvre des éléments d’enjeux. L’EPT regrette d’ailleurs

que l’Etat n’ait pas encore transmis la note d’enjeux prévue au code de l’urbanisme ;

concertation avec la population en déploiement du socle territorial (site internet, lettre,

temps de concertation) ou en accompagnement de la concertation des communes en fonction

de leurs besoins.

Le code de l’urbanisme dans son article L153-12 prévoit qu’un débat a lieu au sein du Conseil

Territorial et au sein des Conseils Municipaux sur les orientations générales du PADD. L’EPT

Grand-Orly Seine Bièvre a fait le choix de proposer aux communes de délibérer avant le Conseil

Territorial sur l’avant-projet afin de consolider un projet qui sera soumis à son débat en février 2023.

Chaque commune est donc invitée à prendre connaissance de l’avant-projet, à positionner les enjeux et

les objectifs communaux dans ce dernier et à apporter des éléments de territorialisation nécessaires.

L’avant-projet de PADD comporte deux fils directeurs transversaux qui portent le parti général du

document :

 un fil directeur sur le combat et l’adaptation au dérèglement climatique, qui réinterroge la

façon dont la ville se fabrique et se renouvelle sur elle-même avec des impératifs de nature, de

désimperméabilisation / désartificialisation, de sobriété foncière et énergétique, de réversibilité

et d’adaptabilité ;

 un fil directeur sur la solidarité et le vivre ensemble quelle que soit l’échelle : un logement

digne, une société plus inclusive pour chacune et chacun, l’égalité entre les femmes et les

hommes, la solidarité sociale, intergénérationnelle, territoriale, etc.

Ces valeurs devront se retrouver dans les différentes thématiques du futur PADD que ce soit le

logement et l’habitat, le développement économique et l’emploi, les mobilités et les déplacements, la

nature et l’énergie.

L’avant-projet de PADD se structure ainsi autour de deux orientations générales déclinées en 6

objectifs stratégiques :

Améliorer et apaiser les conditions de vie des habitantes et des habitants :

1. Penser la ville par ses « vides » : des lieux et des espaces vivants, naturels, agréables et

pacifiés

2. Permettre de se loger dignement : des logements de qualité pour toutes et tous

3. Favoriser la ville des proximités : le vivre ensemble et la réponse à la diversité des besoins

La première orientation est centrée autour des habitants (mais aussi des salariés et

usagers du territoire) et vise à améliorer leurs conditions de vie au quotidien. Cela passe

par le logement et l’exigence affirmée de permettre à toutes et à tous de se loger dignement

partout et à chaque étape de sa vie, par ce qui fait la proximité et permet de vivre la ville

(centre-ville, commerces de proximité, équipements publics, etc.), mais également par les

« vides » – sujet qui n’est souvent pas traité dans les PLU – c’est-à-dire les espaces ouverts

et en particulier les espaces publics et les jardins, pour en faire des lieux apaisés et de

respiration, mais également des lieux vivants, accessibles à tous, ouverts aux pratiques

culturelles, sportives et récréatives.

Anticiper et adapter le territoire de demain :

1. Soutenir un développement urbain équilibré : un urbanisme maîtrisé et des projets vertueux

2. Porter une programmation économique productive, attractive et durable : des savoir-faire

locaux aux filières économiques stratégiques

3. Faciliter et renforcer les mobilités : un maillage de transports en commun en

développement et des coupures urbaines à résorber

La deuxième orientation traite des enjeux environnementaux, climatiques et énergétiques

auxquels notre territoire se doit de répondre – et à des atouts à faire valoir en la matière –

et des besoins de développement à accompagner à travers le PLUI : aménagement,

développement économique, formation, mobilité, entre autres. Elle pose les conditions de

soutenabilité du développement urbain (localisation privilégiée, insertion urbaine, prise en

compte des risques et nuisances, performance du bâti…), de renforcement de la mixité

urbaine au profit d’une politique de développement économique ambitieuse, intégrée dans

le tissu urbain et identifie les améliorations à apporter aux conditions de mobilité pour

accompagner ces dynamiques et dépasser les contraintes héritées de sa géographie et de

son histoire (coupures urbaines liées à la Seine, aux infrastructures et grandes emprises

foncières notamment).

La commune de Gentilly a connu ces dernières années un développement urbain dont le bilan du PLU

en vigueur, présenté en 2021, a permis de montrer qu’il s’est traduit par :

L’inscription de Gentilly dans la dynamique métropolitaine, tant en termes de

construction de logements que de création d’emplois (retour à un poids démographique

proche de la fin des années soixante) ;

Une meilleure réponse aux besoins des Gentilléens et aux évolutions sociétales

constatées ;

La diversification et la réhabilitation du parc de logements, notamment du parc social ;

l’amélioration du parcours résidentiel des Gentilléens ;

l’encouragement du « vivre ensemble » notamment par le renouvellement ou

l’aménagement de l’espace public ;

la mise en oeuvre d’un urbanisme de projet, plus qualitatif mais encore perfectible ;

l’amélioration globale du cadre de vie ;

l’inscription de la qualité urbaine, architecturale et environnementale au coeur de son

projet de ville ;

le renforcement progressif de la place de la nature en ville ;

l’impulsion de la transition écologique.

Néanmoins, cette situation met en exergue les principaux enjeux suivants :

 la nécessaire maîtrise du rythme du développement urbain permettant de conserver un

équilibre acceptable pour chacun, alors que la commune dépasse déjà les objectifs de

croissance démographique qui lui ont été assignés par le Schéma directeur de la région Ilede-

France (SDRIF) pour l’échéance 2030 et que les objectifs portés par le Plan

métropolitain de l’habitat et de l’hébergement (PMHH) restent très élevés dans les

secteurs qui ont pourtant produit des efforts importants pour maintenir une cité populaire

tout en répondant à l’accueil de nouveaux habitants de tous horizons ;

 l’indispensable combat pour le maintien d’une ville populaire et solidaire, aux portes

de Paris, garantissant à tous un logement digne à prix accessible et des conditions

d’habitat convenables ;

 l’exigence de poursuivre et accentuer l’engagement dans la transition écologique et

les actions en faveur de la résilience urbaine pour prendre soin des générations actuelles

et préserver les générations futures ;

 le besoin de renouvellement et d’intensification de la lutte contre le creusement des

inégalités sociales et sociétales ;

 l’utilité de défendre le maintien et l’implantation d’activités productives ou

artisanales, pourvoyeuses d’emplois diversifiés et adaptées au tissu économique local.

L’avant-projet de PADD permet de répondre aux enjeux de la commune sur les points suivants :

Augmenter les exigences en matière de transition écologique en assurant pour chacun

un droit d’accès à la nature en ville et d’espaces apaisés (préservation, mise en réseau)

pour améliorer le cadre de vie et lutter contre le changement climatique

Reconstruire la ville sur la ville pour économiser l’espace et les ressources

Lutter contre la précarité énergétique, l’exclusion urbaine et pour le droit au

logement

Favoriser le droit à la ville pour tous dans le respect de chacun et éviter les logiques

d’hyper-individualisation et de privatisation de la ville

Maîtriser la croissance démographique tout en garantissant la possibilité pour toutes les

catégories sociales d’habiter à Gentilly

Renforcer et améliorer l’offre en équipements publics de proximité

Equilibrer la croissance urbaine entre les différentes fonctions de la ville

Conforter un développement économique diversifié et équilibré, notamment par

l’action en faveur de l’activité productive et la revitalisation du commerce de proximité,

pour soutenir le projet social

Répondre aux besoins multiples des habitants et « travaillants » à Gentilly et

améliorer l’accès à l’emploi pour tous

Réparer les fractures urbaines, donner place à un nouvel espace public pour promouvoir

une ville accueillante et accessible à tous

Développer les partenariats et les coopérations aux différentes échelles de projets et de

territoires pour favoriser l’innovation

Protéger, mettre en valeur et transmettre aux générations futures le patrimoine

naturel, architectural, social, historique et culturel de la commune

Il répond également à la plupart des enjeux posés par les habitants lors des temps de concertation :

 Penser, organiser une ville accessible pour tout.es, notamment pour les enfants et

personnes en situation de handicap

 Favoriser les continuités vertes sur le territoire, les donner à voir aux usagers

 Protéger et mettre en valeur les espaces de nature (arbres et alignements, espaces verts,

Bièvre), promouvoir la pleine terre

 Permettre à la population de se loger dignement en privilégiant des logements à prix

accessibles

 Diversifier les modes d’habitat et en augmenter les expériences d’usages (habitat

participatif, intergénérationnel, espaces partagés, jardins partagés…)

 Apaiser les conflits d’usage entre les profils d’usagers et les différents modes de mobilité,

notamment aux abords des gares

 Repenser et coordonner les liaisons et l’offre bus, entre pôles de proximité, y compris pour

les PMR et aux abords des limites communales et s’interroger sur la place de la voiture

 Limiter les constructions neuves en privilégiant la lutte contre la vacance et la rénovation

de l’existant (mixité fonctionnelle, réversibilité des bâtiments, adéquation de l’offre avec

les besoins du territoire et prenant en compte les nouvelles formes de travail, rez-dechaussée

actifs)

 Promouvoir les espaces par l’architecture, la diversifier ainsi que les formes urbaines et

utiliser l’architecture pour participer à la lutte contre le changement climatique.

Toutefois, la prise en compte de certains enjeux importants pour Gentilly devrait être améliorée,

réaffirmée ou explicitée :

Densification ciblée : L’objectif de reconstruire la ville sur la ville et de concentrer le

développement urbain dans les secteurs déjà denses, bien desservis par les aménités

répond à la fois à un besoin écologique de préservation des espaces naturels et agricoles

(ZAN) et à une nécessité de mutualisation des équipements lourds, notamment en matière

de mobilité. Il doit toutefois être nuancé en fonction des spécificités locales, d’une part

pour tenir compte de la capacité d’accompagnement de ce développement par la mise à

niveau des équipements publics qu’il engendre, d’autre part pour respecter une

composition mixte des tissus urbains y compris à proximité des gares, par la prise en

considération des formes pavillonnaires lorsqu’elles n’ont pas vocation à disparaître.

Urbanisme équilibré et respectueux : le projet de PADD envisage la réponse à la

diversité des besoins et évolutions démographiques uniquement via la densification de

secteurs ciblés, déjà denses. Il semble néanmoins nécessaire, pour éviter l’hyperdensification,

d’envisager également la notion de densification douce de certains secteurs

moins denses, permettant d’équilibrer la réponse aux besoins sur une portion plus large du

territoire, dès lors que la proximité des aménités est suffisante sans pour autant générer

d’étalement urbain.

Nature en ville et biodiversité : le projet de PADD mentionne l’objectif de

sanctuariser « les réservoirs de biodiversité existants ». Dans ce cadre, il paraît

indispensable que le diagnostic identifie au préalable ces réservoirs existants.

Désimperméabilisation des sols / espaces verts de pleine terre : il s’agit d’un enjeu

majeur qui doit irriguer l’ensemble des projets. Il doit cependant être adaptable localement

pour tenir compte de la nature des sols et des sous-sols, notamment de la présence

d’anciennes carrières ou d’argile, ce qui concerne environ les trois quarts de la superficie

de la commune de Gentilly, afin d’éviter la mise en danger des personnes et des biens.

Mobilités / Grandes infrastructures : L’arrivée de la gare du Grand Paris Express

« Kremlin-Bicêtre -Gentilly / Hôpital Bicêtre » (ligne 14) doit être accompagnée d’un plan

ambitieux de rabattement du réseau bus et assurer la cohérence intermodale notamment

des modes doux. La prolongation de la ligne du métro 5 devrait également être posée

comme objectif dans le cadre du PLUI, de la place d’Italie vers le sud (Gentilly, Arcueil,

Cachan, L’Haÿ-les-Roses, Fresnes) afin de mieux desservir les secteurs de la vallée de la

Bièvre, l’ensemble des infrastructures lourdes étant aujourd’hui concentrées sur les

coteaux.

Coupures urbaines : Le projet de PADD comporte l’objectif d’atténuation des coupures

urbaines par des franchissements, connexions et ouvertures d’emprises foncières. Il

devrait être complété par l’inscription de la notion de couverture, notamment pour les

infrastructures routières et ferroviaires (A6a et RER B à Gentilly). De même, l’objectif de

récupérer un couloir sur le périphérique parisien au bénéfice d’espaces verts et apaisés

côté Gentilly (forêt linéaire) devrait être inscrit. Enfin, le projet de franchissement du

périphérique au droit de la gare RER B vers la Cité Universitaire devrait également être

mentionné.

Sur cette base, le Conseil Municipal est invité à débattre des orientations générales et objectifsde l’avant-projet d’aménagement