Une ville pour mieux vivre ensemble

0
87
Shot with DXO ONE Camera

On parle souvent de « Gentilly village ». C’est vrai qu’on est une ville où les gens se parlent, où les élus sont accessibles. C’est souvent le mot qui revient dans la bouche des nouveaux arrivants, en particulier quand ils viennent de Paris.

Pour autant, nous savons aussi qu’il y a des grosses difficultés, des personnes isolées. Il faut continuer à nous améliorer, à faire qu’on se parle plus dans les quartiers, entre quartiers, qu’il y ait un dialogue plus profond entre générations.

Cela veut dire bien sûr la poursuite d’une politique sociale forte, qui créée du lien, comme le dispositif « l’été à Gentilly », si utile à ceux qui ne partent pas. Cela veut dire mieux organiser la place des seniors, dont la population va doubler d’ici 2050, avec tout ce qui concerne l’accessibilité des logements, la réponse aux situations de handicap. Il nous faut aussi revoir nos dispositifs pour la jeunesse, en les construisant avec eux.

Il nous faut également répondre à une demande de plus forte présence des élus dans les quartiers. L’accès des citoyens aux élus doit être facilité, avec un dispositif pour permettre une réponse rapide de ceux-ci.

Et puis, il est nécessaire de prendre à bras le corps les questions de sécurité. C’est tout à la fois continuer à réclamer une présence plus forte des effectifs de police, le retour de la politique de proximité, mais aussi chercher à renforcer le service de qualité de vie urbaine (le SQVU) en redéfinissant ses missions, et également consolider les dispositifs de médiation, y compris la nuit.

Sur la propreté, gros point du « Mieux vivre ensemble », il va aussi falloir trouver de nouvelles solutions. L’incivilité est un facteur majeur sur ce sujet. La propreté relève de l’attitude de chaque citoyen. Il faut continuer et amplifier des actions collectives pédagogiques du type « ramassage citoyen », et s’il le faut il faudra aller vers la verbalisation.

Une démocratie locale toujours plus forte est aussi essentielle pour ce mieux vivre ensemble. La démocratie participative, c’est-à-dire faire en sorte que les citoyens s’approprient les décisions, doit être améliorée. Il faut mieux l’organiser, avec des moyens. Il faudra en particulier trouver des formules pour permettre au plus grand nombre de réellement participer, sinon l’objectif renouveler la démocratie ne sera pas atteint.

Ce qui est important, c’est qu’aucun quartier, aucune personne ne se sente isolée. Cela veut dire, en fonction des moyens bien sûr, chercher à décentraliser au maximum les services et les activités. Cela signifie, entre autre :

  • Continuer à accroître le rayonnement des activités de la Maison des familles
  • Travailler sur la présence des services dans les quartiers et sur les horaires
  • Donner des coups de pouce aux acteurs locaux pour qu’ils s’auto organisent
  • Organiser des rencontres interquartier sur des thèmes, des activités

En conclusion, on peut dire que le mieux vivre ensemble, c’est une affaire de chacun, mais aussi une ambition collective, avec la nécessité d’une bonne coopération entre élus, services et habitants.

                                                                                   Elisabeth Gruosso