« Paroles d’acteurs » : synthèse des entretiens avec des acteurs de la ville – novembre 2018 à mars 2019 –

0
93

Suite à la réunion élargie de septembre 2018, un groupe de travail réunissant des citoyens, membres ou non de Gentilly à Gauche Autrement, s’est réuni : objectif : des propositions pour contribuer à la construction d’un projet pour notre ville.

Très vite, nous avons pensé qu’une première étape consistait à interroger les acteurs de la ville : associations, conseils de quartier, amicale de locataires, parents d’élèves … En effet, ces acteurs impliqués dans la ville vivent au quotidien les réalisations de la ville, les difficultés rencontrées, les forces et les faiblesses de la ville. Ils ont des idées sur ce qu’il faudrait faire pour améliorer et faire progresser la ville. Nous avons rencontré une vingtaine d’associations qui ont accepté de répondre à nos questions. Voici une synthèse de ces entretiens.

Nous sommes conscients qu’il s’agit d’un panel réduit qui ne peut exprimer tous les avis de tous les acteurs de la ville de Gentilly, néanmoins à travers leur diversité plusieurs points communs se dégagent.

Voici une synthèse de ces entretiens. A noter que les expressions citées sont celles des acteurs

20 entretiens réalisés avec différents acteurs de la ville :

Fonctionnaires municipaux

Associations sportives

Association culturelle

Association caritative

Association de solidarité

Associations de locataires

Association de commerçants

Conseils de quartier

Parents d’élèves

Hors association (un Habitant du 162, un commerçant)

Points positifs

« Une ville qui mène une politique de gauche » 

Par exemple : « grâce à la municipalité de gauche, pas de tensions sociales très fortes, car la municipalité conduit une politique sociale avec une attention aux plus précaires ».  Elle continue d’avoir un centre municipal de santé dynamique (campagne de dépistage…), a ouvert une Maison des Familles et le CCAS est efficace. «Au CCAS, les gens sont gentils et compétents »

La mairie est réactive en cas de problèmes graves : Elle accompagne les parents pour ouverture ou en cas de fermeture de classes, si un commerce connait des problèmes, elle s’engage (exemple il a quelque temps son investissement lors des difficultés de Mr Bricolage)

La ville facilite, en général, la vie des associations de solidarité, caritative, culturelle sportive : prêt de salles, tirage de tracts, subventions (même si elles n’évoluent pas en montant), accompagnement d’initiatives telles que le défilé de mode au 162…..Les salles allouées aux activités sont adaptées

Au niveau des écoles, la plage horaire d’accueil des enfants est large ce qui est positif pour les parents, le service culturel est présent dans les écoles, un travail satisfaisant a été réalisé avec la mairie sur la restauration

Au niveau du sport, un rééquilibrage a été réalisé entre l’USG et les autres associations

Points noirs

Des réunions mais peu d’efficacité : « on nous reçoit, on nous écoute mais on ne nous entend pas toujours » ou en encore « des réunions d’information/ concertation sont organisées tous les 2 mois entre les différentes associations sportives, les services et les élus, mais il n’y a pas toujours de décisions prises ou elles ne sont pas toujours suivies d’effet »

Une communication insuffisante : la mairie met en place des actions intéressantes mais communique mal ou peu, exemple, noël dans la ville, l’information a été très inégale. Il n’y a pas assez de réunions d’échanges.

La mairie concerte mais a du mal à gérer l’organisation de la concertation

Des élus qui ne sont pas assez présents dans les quartiers et qui, parfois, sont mal informés des questions à traiter (élus au conseil d’école, par exemple)

Des quartiers en souffrance qui ont le sentiment d’être abandonnés, plusieurs témoignages en ce sens du 162.

Une efficacité inégale des services de la mairie, certains fonctionnent bien , d’autres sont jugés peu efficaces

 Les fonctionnaires municipaux ne sont pas toujours informés de ce qui se passe dans les autres services, des décisions du Territoire. Au niveau des employés municipaux, l’information circule souvent assez mal et les relations entre élus services, conseils de quartier pourraient être nettement améliorées. Les services fonctionnent souvent en « vase clos », l’organisation est trop pyramidale.

Les délais pour répondre aux questions posées, aux suggestions sont très longs. Il faut parfois adresser plusieurs mails pour espérer obtenir une réponse. faire changer des infos sur l’annuaire des associations peut être très difficile

La ville ne communique pas suffisamment sur les questions   de la vie quotidienne, « Les Assises de la ville, on ne s’y intéresse pas vraiment quand on vit des problèmes d’incivilité récurrents, de saleté, de chômage, de précarité… »

Les propositions exprimées

Une plus grande présence des élus sur le terrain, reprendre les visites du maire dans les quartiers mais pas seulement. Il faut aussi que les élus se déplacent dans les quartiers et soient réceptifs aux problèmes spécifiques de chaque quartier, qu’ils viennent aux initiatives des associations en s’intéressant réellement à la vie de l’association.

Délocalisation de la Maison des familles   pour créer des événements dans chaque quartier.

Création d’une Maison de la Citoyenneté qui pourrait être une camionnette qui se déplace dans les quartiers pour répondre aux questions des habitants et les guider dans leurs démarches.

Communiquer sur le quotidien, par exemple la lettre de vœux du maire pourrait indiquer des actions qui touchent les habitants : ce que la mairie a obtenu des bailleurs sociaux, par exemple, ou les actions réalisées sur les incivilités, la propreté…

Faciliter les contacts entre bailleurs et associations de locataires et faire pression sur les bailleurs pour qu’ils appliquent les décisions prises avec les associations de locataires.

Une meilleure fluidité dans les rapports association/ villes, un accusé réception aux mails et une réponse dans un délai raisonnable  

Au niveau de la mairie, remettre en place des réunions interservices et aussi des réunions tripartites, élus, services et conseils de quartier avec des règles définissant bien les rôles de chacun.

Création de « tables rondes inter-associations » avec la mairie pour mieux participer aux évènements (Fête des associations, forum des associations) et mieux comprendre les contraintes budgétaires de la ville notamment pour l’attribution des subventions qui devraient être publiques et être publiées sur le site de la ville. Arbitrer les subventions « exceptionnelles » attribuées en cours d’année par un collectif de citoyens.

Fournir des informations plus complètes aux habitants sur le site de la ville sur les associations, leurs membres, les subventions reçues, les heures d’activité pour celles qui offrent des prestations au public.

Une plus grande transparence sur les prêts de salles municipales par la création d’une page spécifique permettant aux associations de gérer directement les salles sous le contrôle des relations publiques.

Rendre public l’attribution d’ateliers d’artistes

Si les services municipaux font appel à des associations pour une initiative, privilégier les associations de Gentilly à compétence égale

Valoriser les quartiers populaires en y étant présent mais aussi en montrant que ce sont des lieux de vie agréable. Les HLM ,  « c’est un acquis social, il faut embellir leur image, faire connaitre leurs atouts, espace vert de Victor Hugo, commerces du Chap… et exiger la mixité sociale auprès des bailleurs en leur fixant des taux de mixité ». Responsabiliser les habitants et non les assister en accompagnement fortement les associations qui les accompagnent

Valoriser les jeunes : certains jeunes des quartiers réussissent très bien, il faut trouver le moyen de les mettre en valeur, certaines associations sportives donnent des idées, la ville a une politique, le sport pour tous, c’est bien mais il faut aussi se doter d’un projet sportif ambitieux où le haut niveau est valorisé.