Synthèse des rencontres avec les partis et mouvements politiques

0
88

Novembre 2018 / Mars 2019 – Réunion GGA du 17 avril 2019

Nous avons rencontré tous les partis se réclamant de la gauche présents à Gentilly : le PC bien sûr, EELV, Générations, France Insoumise (nouvellement créés), le PS. Nous avons également rencontrés des adjoints et conseillers municipaux non encartés.

Ce qu’a dit GGA en introduction des rencontres, notre état d’esprit.

Notre état d’esprit annoncé, c’est de faire que la gauche rassemblée gagne en 2020, avec deux buts concernant les réalisations pour nos concitoyens (qui sont les premiers concernés) : poursuivre la politique sociale et la maîtrise de l’urbanisme, innover très fortement sur des sujets comme l’environnement et la démocratie participative

Cela étant dit, nous avons précisé qu’il faut impérativement dans un premier temps faire une analyse sans complaisance de ce qui ne va pas. Les risques sont très sérieux : usure, abstention, en particulier dans les quartiers populaires, grogne des couches moyennes, mécontentements divers, évolutions des profils de population dans le Gentilly d’aujourd’hui et de demain…

Pour nous, on ne doit pas gagner sur un « sauve qui peut » a minima, mais sur une profonde remise en question, une prise en main citoyenne de l’élection pour enclencher un nouvel élan,

Nous avons aussi indiqué d’emblée que la dynamique initiée en 2008 d’aller au-delà des combinaisons partisanes, avec une implication de citoyens non encartés, a été intéressante et positive. Mais il y a une panne depuis 2014 avec un quasi retour en arrière. C’est en particulier là que le bât blesse, qu’il y a problème.

Le constat de la situation

Il est en fait largement partagé. Un constat d’usure, de manque de dynamisme, de suivi insuffisant des dossiers, des décisions prises trop souvent en petit groupe (même si des non PC participent à ces petits groupes), des élus trop souvent insuffisamment informés, des pannes sérieuses de la démocratie participative….

Des constats de réussites existent aussi, comme à propos de la politique sociale, de la politique de maîtrise du foncier. Mais en même temps il est remarqué une absence de mise en valeur de ces points positifs. Ceci rejoint un problème structurel sur les insuffisances de la communication.

Le problème essentiel est l’absence de dynamique collective.  Le groupe des élus ne joue plus, en particulier, le rôle de creuset de la majorité qu’il a joué entre 2008 et 2014. Les débats entre élus sont réduits.

Il y a donc un besoin nécessité partagé de relancer une dynamique politique, comprenant une intervention citoyenne forte.

Les propositions faites par GGA lors des réunions pour répondre à cette situation

Par rapport à cette situation dégradée, GGA a proposé, au cours des réunions, d’aller dès que possible vers une « assemblée citoyenne », tous ensemble, citoyens membre ou on de partis.

Nous avons mis en avant la nécessité de commencer au plus tôt la mobilisation. Parce que la situation n’est pas la même qu’en 2014, elle est plus complexe. Il faut donner un signal positif, donner envie de repartir avec ce type majorité, en disant pourquoi et en la renouvelant.

Nous avons indiqué qu’il faut d’abord prendre le temps d’un bilan des collectifs précédents, identifier ce qu’il faudra changer impérativement, pour trouver la bonne formule pour 2020.

L’idée avancée par GGA est de se mettre au travail ensemble, au plus tôt, acteurs de la future majorité, membres de partis, citoyens engagés Il faut en particulier travailler de concert à un renouvellement des personnes, à dégager de nouvelles ressources. C’est essentiel, elles sont de toute façon insuffisantes au sein des partis.

La question du rassemblement à gauche

Tout le monde le souhaite, il y a une conscience qu’en l’absence de ce rassemblement les choses pourraient être difficiles. Personne n’a évoqué l’idée d’une liste alternative à gauche. Il est apparu aussi que sur le fonds, la lettre du programme, il avait beaucoup de convergences. Les divergences portent plus sur la gouvernance, les méthodes, la façon de mettre en œuvre le programme..

Néanmoins, chacun a un peu sa vision. Le PC est bien sûr pour, sans en définir les contours (questions du PS et de France Insoumise). EELV nous a dit être dans une optique de négociation politique, en souhaitant avancer des propositions de programme sur certains sujets. Générations est pour, en souhaitant avoir des discussions de fonds. France Insoumise n’est pas hostile a priori, mais exclut d’emblée le PS. Le PS a indiqué y être favorable, mais leur réflexion était peu avancée et leur conviction peut évoluer.

Les élus non membre de partis nous ont aussi dit être pour le rassemblement. Ceux-ci pointent par contre un fonctionnement insuffisant du groupe municipal, qui a contribué à une intégration insuffisante pour eus dans l’équipe municipale. C’est un point à avoir en tête.

Enfin, la question du maire n’a été évoquée que par le PC pour l’instant. Celui-ci indiquant que ce n’était pas d’actualité immédiate, tout en précisant que logiquement ce devrait être un PC. Aucun nom n’a été mis en avant par d’autres forces.

L’appréciation des autres forces politiques

La droite reste a priori faible pour tous.

La principale question est d’apprécier ce qui pourrait se dégager comme autre liste. Les choses ont évolué un peu depuis les rencontres. On sait depuis samedi dernier (le 13 avril) qu’une association s’est créée, « Gentilly demain », qui a le projet de monter une liste se situant en dehors des partis politiques. Certains politiques y pensent, les « Macron » bien sûr, le PS sans doute. Il faut être à l’écoute.

Lancement d’une assemblée citoyenne, d’un collectif, où en est on ?

Sur le lancement d’une assemblée citoyenne (d’où pourrait être issu un collectif opérationnel, il y a un accord de principe du PC. EELV et Générations ne sont pas contre, mais semblent plus intéressés par une négociation directe entre partis. À GGA, en revanche, nous y sommes attachés pour assurer une réelle prise en charge citoyenne de l’élection, pour en faire un « creuset » où puiser les forces nécessaires d’un renouvellement significatif.

Le lancement pratique de cette assemblée est cependant « poussif ». La nécessité d’aller voir d’abord les gens dans les quartiers est mise en avant par le PC, pour motiver des citoyens. C’est effectivement nécessaire et il est important de le faire ensemble.

Pour ce faire, un 4 pages du groupe des élus sur les questions de financement des collectivités, avec les conséquences pour Gentilly, a été réalisé, avec un fort investissement de GGA. Il est en cours de distribution avec l’objectif d’être un instrument de rencontres, de relance d’une dynamique.

Une réunion est également prévue, le 17 mai, comprenant le groupe des élus de la majorité, dans toutes ses composantes (membres de partis et non encartés) et des représentants des trois mouvements politiques de la majorité actuelle (PC, GGA, EELV). Le but est de faire un bilan et de voir comment s’organiser pour le futur.

Pour aller plus loin dans la mise en œuvre, GGA a certainement un rôle moteur à jouer, pour un coup d’accélérateur. Il faut inventer la bonne formule pour aborder les élections de 2020, qui permette d’impliquer un maximum de gens, membres ou non de partis. Il va falloir y arriver tous ensemble, avec une participation citoyenne forte. Nous avons des éléments à faire valoir pour ne pas reproduire les insuffisances du collectif 2014, pour proposer des règles de fonctionnement et d’organisation pour assurer un niveau démocratique maximal.

En conclusion, cette tournée des partis et des personnalités non encartées nous a placés de facto au centre de cette construction d’un rassemblement à gauche renouvelé pour 2020. Ceci en particulier du fait que nous parlons avec tout le monde. Il est clair que la densité de nos rencontres impressionne, bouscule. Il est vrai que nous sommes les seuls à avoir entrepris ce travail depuis octobre 2018, il va falloir savoir capitaliser.

Par ailleurs, au-delà de ces contacts politiques, il faut aussi rappeler pourquoi il est important de poursuivre avec une municipalité clairement à gauche (comme nous l’avons indiqué dans les rencontres). C’est d’abord, et uniquement devrait – on dire, parce que c’est essentiel pour les habitants de Gentilly. Beaucoup de choses dans l’action municipale vont dans le sens d’apporter une protection, un plus, aux catégories modestes (habitants des cités et couches moyennes). Cette action contribue à un lien social précieux dans le contexte national que nous connaissons. Et notre motivation, c’est d’avoir un apport positif pour l’ensemble de ces populations.

Mais il ne faut bien entendu surtout pas se reposer uniquement sur les acquis, il faut innover, fortement. Et il faut que la gouvernance, les méthodes, changent !