Lettre info web – Numéro 24 – Février 2022

0
213

RETOUR SUR LA CONFÉRENCE SUR L’ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

 

Et si l’Économie Sociale et Solidaire (E.S.S.) apportait un espoir ?

C’était le thème de la dernière conférence de GGA. En effet, les conférences de Gentilly à Gauche Autrement ont repris après une interruption liée à la pandémie. Le mercredi 12 janvier une trentaine de personnes se retrouvaient pour mieux comprendre l’ Economie sociale et solidaire (ESS) et notamment s’interroger sur comment l’ESS peut rendre la société plus forte et répondre aux problématiques actuelles? Régis Pio et Morgane Richard de la Mine d’Arcueil et de Gentilly, intervenants de cette conférence, ont répondu à cette question en illustrant leurs propos par leur expérience. Beaucoup d’informations, beaucoup d’échanges entre les conférenciers et le public à la grande satisfaction des participants comme des intervenants.

Une autre conférence est prévue le 30 mars sur les logiciels et l’internet libre avec Benoit Piedalu, Chef de projet national Services Numériques Partagés Ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse.

ì Notre commentaire : Gentilly à Gauche Autrement propose régulièrement des conférences sur des thèmes très variés. Il s’agit d’approfondir la réflexion, d’animer le débat local. C’est une de nos spécificités.

 

DÉMARCHES ADMINISTRATIVES, UNE GALÈRE POUR BEAUCOUP

 

Nous le vivons tous, les démarches administratives sont de plus en plus compliquées. Les services sont éclatés sur plusieurs villes : les services fiscaux et la Sécurité sociale à Villejuif, permis de conduire à l’Haÿ les Roses, aides à la retraite, on ne sait pas où…, nous pourrions multiplier les exemples.

On perd beaucoup de temps, on s’énerve… On pourrait dire : pas de problème, les démarches administratives se font maintenant en ligne : plates-formes téléphoniques, bornes électroniques, services Internet…

Cette automatisation déconcerte, et surtout rend pour beaucoup, l’accès aux services difficile voire impossible, en excluant beaucoup de nos concitoyens. En France, 14 millions de personnes souffrent d ‘illectronisme (contraction d’illettrisme et d’électronique), cela signifie que près d’un quart de la population est en difficulté pour utiliser un ordinateur, une tablette, naviguer sur

 

internet, et faire valoir ses droits à l’heure ou la dématérialisation s’accélère dans tous les services publics et privés.

Certes, beaucoup d’initiatives existent déjà à Gentilly mais elles sont souvent peu ou mal connues des habitants.

  • Citons, par exemple, les différentes permanences ouvertes par la mairie pour rapprocher le citoyen des services : aide aux victimes, Caisse d’allocations familiales, Conseiller juridique, aide à la recherche d’emploi, droit des étrangers, ADIL 94 – informations sur le logement (informations et conseils en direction des locataires et propriétaires), Codal Pact (aide pour tous travaux de rénovation ou d’amélioration de l’habitat, architecte conseil), permanences handicap On peut trouver ces informations sur le site de la ville

mais beaucoup ne se connectent pas ou n’ont pas d’accès à internet!

  • Citons encore l’aide au numérique à travers le Cyberespace, le Point Information Jeunesse (PIJ), la médiathèque et le Conseiller numérique (tous les vendredis de 11h à 13h et de 14h à 18h provisoirement jusqu’au 30 juin à la Mine de Gentilly)

 

ì Notre commentaire : Il faut faire connaître les différentes initiatives et les organiser. Pour cela, un livret largement distribué dans la ville chez les commerçants, à la Maison des Familles, dans les conseils de quartier pourrait répertorier l’existant. Pour que cela fonctionne, un agent

municipal devrait être en charge de ce déploiement, de l’actualisation du livret en s’appuyant sur les référents des conseils de quartier. De même, l’animatrice du cyberespace pourrait être en charge de l’inclusion numérique, interlocutrice centrale chargée de créer une dynamique autour de ce thème, de donner de la visibilité aux initiatives existantes. Enfin, il faut établir un plan de communication fort sur ces initiatives : affiches dans la ville, panneaux lumineux d’information, flyers, présence sur le marché une fois par trimestre….

 

TROIS QUESTIONS À REGIS PIO, DIRECTEUR DE L’ASSOCIATION LA MINE

  • La ressourcerie la Mine est installée depuis 5 ans à Arcueil et la Mine éphémère depuis mai 2021 et jusqu’au 30 juin 2022 à Le terme de tiers-lieu est maintenant utilisé, mais c’est quoi un tiers-lieu ?

-Un tiers-lieu permet de contribuer à fabriquer la ville! C’est un espace hybride où le travail se mélange avec d’autres activités collectives, conférences, ateliers, concerts,…

Ces lieux permettent plusieurs choses, travailler, se former, se divertir, apprendre, expérimenter, fabriquer et créer du lien avec les habitants.

 

  • Nous traversons une période difficile, confinements, gestes barrière,. et les personnes ont

souffert de l’isolement. Que peuvent trouver les Gentilléennes et Gentilléens à la Mine éphémère ?

En premier lieu de l’entraide, de la solidarité entre eux. Au sein de la Mine, il y a une programmation et une non programmation ! Sont programmés, des ateliers couture, des concerts, des ateliers créatifs, de la sérigraphie. C’est la mise en place de dispositifs pour l’apprentissage par le faire !

Le vendredi de 11h à 13 h et de 14h à 18 h sont proposés :

  • Ma mine numérique : des machines telles une brodeuse numérique, une presse à badges permettent de développer sa créativité ou même de lancer sa marque, son produit en réalisant du flocage, des stickers, des broderies,…
  • La Permanence d’un conseiller numérique France Services qui vous accompagne dans vos utilisations numériques : naviguer sur internet, prendre en main un équipement informatique (ordinateur, smartphone, tablette,…).

 

La non programmation : c’est la Mine ouverte aux habitants pour qu’ils puissent faire leur projet, expérimenter, proposer leur activité. La cuisine de la Mine éphémère est ouverte à une Gentilléenne, qui a un projet de restauration et qui propose des plats les mercredis et samedis.

 

  • Tu es un acteur de l’Economie Sociale et Solidaire, tu travailles à un projet « la Mine : ambitions 2026 ». Tu peux nous en dire plus ? Comment vois-tu l’avenir de ces tiers-lieux comme la Mine ?

Je le vois et je l’espère par une démultiplication de ces lieux. Le projet, c’est la création d’espaces où les citoyens auront plus de moyens pour s’investir dans leur ville. Que ce soit des lieux de rencontres, d’échanges, de créativité et au final qu’ils soient gérés par les citoyens.

Le projet de la Mine est l’installation d’un tiers-lieu dans les 7 villes de l’ex-communauté d’agglomération du Val de Bièvre : Gentilly, Arcueil, Cachan, Fresnes, l’Hay les Roses, le Kremlin Bicêtre, Villejuif.

 

LA FABRIQUE GENTILLEENNE, UNE NOUVELLE ASSOCIATION CITOYENNE

La Fabrique gentilléenne est une association citoyenne à vocation large. Elle est née dans la suite de la campagne des élections municipales de 2020, qui a abouti à l’élection de la liste « Pour le social et l’écologie, ensemble et engagé.e.s pour Gentilly ». Elle a pour objet de chercher à favoriser la participation des citoyens à la vie municipale à Gentilly. Elle se veut force de proposition, en particulier pour la mise en œuvre du programme municipal, et force d’organisation des luttes inéluctables pour obtenir les moyens afin de faire aboutir nos objectifs sociaux, écologiques et urbains. Elle a l’ambition d’être un relais citoyen vis-à-vis de la municipalité, de favoriser des espaces de dialogue dans tous les quartiers.

L’association a démarré son activité en se concentrant sur le thème de la propreté dans la ville, avec des ramassages citoyens de déchets et une exposition itinérante dans différents quartiers. Elle travaille sur des sujets divers comme la rénovation énergétique des logements, la concrétisation d’un projet d’épicerie solidaire, la recherche de solutions pour une meilleure sécurité et un bien vivre ensemble. Elle débat aussi des dispositions à inscrire dans le futur Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUI), pour chercher à développer une ville plus harmonieuse avec du logement pour tous aux portes de Paris et des exigences écologiques fortes.

ì Notre commentaire : Gentilly à Gauche Autrement salue l’arrivée de cette association qui fait travailler ensemble les citoyens ayant soutenu la majorité municipale en 2020, dans toute leur diversité. Cette richesse doit pouvoir aider les différents acteurs de la ville pour réussir un programme municipal ambitieux et ancré à gauche, face à l’adversité du manque de moyens pour les collectivités locales et des mesures qui créent toujours plus de précarité.

 

BENTÔT UN SITE INTERNET POUR GENTILLY À GAUCHE AUTREMENT

 

Pour mieux échanger avec les citoyens de Gentilly, participer de manière dynamique et numériques aux débats qui animent la ville, partager ses actualités, ses travaux thématiques sur l’urbanisme, la démocratie participative, les services publics, … Gentilly à Gauche Autrement se dote d’un site internet. Vous pourrez y retrouver des infos sur notre association, nos lettres web, nos tracts, des documents sur les projets en cours. Rendez-vous d’ici quelques mois !

—-———————————————————————————————–

 

 

Pour adhérer à GGA, voir page suivante.       ≫≫≫

 

Adhésion à Gentilly à Gauche Autrement

Vous êtes intéressé(e) par notre démarche ? Vous souhaitez nous rejoindre ? Nous serons ravis d’échanger avec vous. Votre adhésion nous aide dans notre action. Après, chacun participe en fonction de ses possibilités et contribue financièrement comme il peut.

La cotisation annuelle est fixée à 40 € pour tout adhérent, ramenée à 10 € pour les chômeurs et toute personne ayant des difficultés particulières. En pratique, chacun contribue selon ses possibilités, plus ou moins 40 €. Un reçu vous sera délivré, vous permettant de bénéficier des avantages fiscaux.

A compléter et à retourner à :

Gentilly à Gauche Autrement

CMAC, 2 rue Jules Ferry, 94250 Gentilly

Chèque à l’ordre de Gentilly à Gauche Autrement. Courriel : gentillyautrement@gmail.com