Lettre info web – N°26 – Octobre 2023 : un site web pour GGA !

0
38

 

LANCEMENT DU SITE WEB DE GENTILLY A GAUCHE AUTREMENT

Allez sur : https://gentillyautrement.fr/

Des informations sur nos activités, sur la ville de Gentilly, des documents, des photos…

LA MODIFICATION DU PLAN LOCAL D’URBANISME (PLU),
UNE ÉTAPE
VERS UN URBANISME RENOUVELÉ DANS NOTRE VILLE

Cette modification a fait l’objet d’une concertation depuis plus d’un an. Les objectifs qui en sont sortis sont les suivants :

  • Mieux protéger les espaces verts existants et les arbres (isolés et en alignement), avec en particulier l’interdiction de construire dans les coeurs d’îlots.
  • Augmenter les espaces de pleine terre et diminuer les emprises au sol.
  • Réguler la transition entre les immeubles hauts et les zones pavillonnaires.
  • Créer des périmètres d’étude et d’attente de projet d’aménagement global dans diverses zones (Gabriel Péri, centre-ville, Paul Vaillant-Couturier /RER), afin de se donner le temps de la réflexion (constructions gelées, sous conditions, pendant une période de 5 à 10 ans).

Le but est d’avoir une pause urbaine après une période de construction intense, avec une population atteignant maintenant environ 20 000 habitants. La prochaine étape est l’élaboration d’un Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUI) pour 2025 qui va encadrer l’urbanisme de notre ville pour les 15 ans à venir.

Cette modification a fait l’objet d’une enquête publique avant son adoption définitive en janvier 2024.

Gentilly à Gauche Autrement s’est exprimée auprès du commissaire enquêteur pour souligner à la fois son accord avec les objectifs de la modification, mais aussi pour attirer l’attention sur des insuffisances dans la traduction réglementaire proposée : imprécisions sur les espaces verts à protéger, clarifications nécessaires sur la définition des espaces de pleine terre et les règles de transition entre zones.

Notre commentaire : Les périmètres d’étude et d’attente sont pour nous essentiels. Ils doivent permettre d’avoir des projets concertés sur des zones importantes pour notre cadre de vie. C’est ainsi que la requalification de l’avenue Paul Vaillant-Couturier, à l’étude depuis plusieurs années, doit aboutir en dialogue avec Paris, avec la transformation du périphérique en boulevard urbain. De même, des projets d’aménagement doivent reprendre sur l’îlot Paix / Reims, avec comme cadre 50 % d’espace vert et 50 % de constructions à des hauteurs raisonnables, en lien avec une couverture partielle de la gare RER. L’aménagement du quartier Gabriel Péri (avec les terrains de l’ex-collège) doit se poursuivre avec l’arrivée de la nouvelle gare de la ligne 14, en y privilégiant la construction de logements, en particulier d’habitat social. C’est essentiel pour maintenir un niveau de 50 % de logements sociaux et contribuer à maintenir une ville populaire aux portes de Paris.

LA POURSUITE DE LA RÉOUVERTURE DE LA BIÈVRE :
UNE CONCERTATION FORTE EST INDISPENSABLE

 Gentilly à Gauche Autrement souhaite que pour les sujets qui impactent la vie des Gentilléens, ceux- ci soient consultés.

La possible réouverture de la Bièvre entre le stade Maurice Baquet et le parvis du service culturel est une décision importante qui peut concerner plusieurs espaces de vie utilisés par les habitants et, notamment, par les enfants.

C’est pourquoi, nous avons adressé à Mme Tordjman, maire de Gentilly et à Mme Herrati, maire-adjointe chargée de la transition écologique, avec copie au président de la Métropole du Grand Paris et à ses vice- présidents, un courrier demandant une concertation forte avec les habitants.

Dans ce courrier, nous avons souligné que des lieux tels que le parc Picasso, les tennis du stade Maurice Baquet, le parvis du service culturel ou encore le jardin partagé Gentil Jardin sont des lieux de vie que fréquentent tant les tout-petits que les plus grands.

Dès lors, des questions se posent : faut-il rouvrir la Bièvre et si oui, où ?

L’ouverture de la Bièvre peut se faire à différents endroits et de façon très différente. On peut aussi estimer que les destructions engendrées n’apporteront pas un avantage qui justifierait le sacrifice d’arbres centenaires (30 ans pour que l’ombrage d’un arbre apporte de la fraîcheur) s’ajoutant à une restriction de surface du Parc Picasso, fort apprécié des enfants, par exemple.

Nous n’ignorons pas que cette réouverture figurait dans le programme électoral que nous avons soutenu. Depuis, le climat a continué à s’aggraver avec notamment les fortes chaleurs des deux derniers étés.  Dans une dizaine d’années, il pourrait y avoir de sévères restrictions d’eau. Faut-il alors sacrifier les îlots de fraîcheur actuels, les aires de jeux et de sport ?

En même temps, on peut aussi penser que la présence d’eau dans la ville peut être bénéfique et qu’une réflexion autour de la Bièvre peut permettre de repenser de façon positive et novatrice l’espace concerné.

Il faut donc pouvoir mesurer les avantages et les inconvénients de chaque scénario. La Bièvre redécouverte au Parc du Coteau montre tout son intérêt pour la biodiversité et pour générer de la fraîcheur. Il faut toutefois étudier si ce qui est possible dans un grand parc l’est également dans un cœur de ville très urbanisé.

Toutes ces questions se posent, des études sont en cours, des « carottages » sont réalisés en l’absence de toute communication. Nous savons que des Gentilléens s’inquiètent, souhaitent comprendre les enjeux, avoir connaissance des retours des études effectuées, être informés des différents scénarii envisagés accompagnés de documents qui permettent de visualiser ce projet.

Nous avons donc demandé à la municipalité d’organiser rapidement une concertation forte avec les habitants pour présenter les analyses effectuées, les différents scénarii possibles avec schémas et plans cotés.

Notre commentaire : Il n’est pas possible que des espaces de notre ville soient profondément modifiés sans que les enjeux aient été clairement présentés aux habitants. Il est impératif que nos concitoyens puissent s’exprimer sur ce projet partie intégrante de leur cadre de vie.

TROIS QUESTIONS À HICHAM ABOU RAAD,
CONCEPTEUR DU SITE WEB DE GGA

Peux-tu nous dire en quelques mots qui tu es ?

Je suis graphiste, directeur artistique et web designer. J’ai une formation en communication, pub et journalisme : avoir un parcours complet est important pour accompagner les personnes aussi bien dans la conception que dans la rédaction de supports de communication ou de presse. Je crée des sites, assure de la direction artistique pour des magazines, des suppléments pour des journaux, des newsletters, j’écris aussi quelques articles sur le vin.

Créer un site militant, c’est un engagement ?

Oui, bien entendu : je ne ferai pas un site pour n’importe quelle organisation. Si les idées véhiculées ne correspondent pas à ma vision je ne le fais pas. C’est aussi un investissement de temps, qui est une forme d’engagement.  C’est important aussi de contribuer à ce que le débat public puisse exister, que les associations comme la vôtre et le monde associatif en général puissent exprimer leurs positions malgré le peu de moyens à leur disposition.

Pourquoi c’est important aujourd’hui d’avoir un site internet ?

Pour exister aujourd’hui, il faut exister sur le numérique. C’est indispensable et essentiel pour la communication, pour vivre dans son temps, pour tisser un lien de proximité avec les citoyens. C’est aussi une question de transparence, les paroles et les actes sont mis noir sur blanc sur un support accessible à tous.

UNE BELLE SYNERGIE ENTRE LE LYCÉE PROFESSIONNEL DU VAL DE BIÈVRE ET L’ASSOCIATION GENTIL’ JARDIN

A l’initiative conjointe de Laurent Pardieu, président de Gentil’Jardin, de Stéphane Tulmets, professeur de cuisine et d’Éric Merlhiot, professeur de service et commercialisation au Lycée Professionnel du Val de Bièvre, avec l’autorisation du proviseur, Gentil’Jardin a été investi le 14 septembre par sept brigades d’élèves en 3e année munis de leur matériel, qui ont exercé leur talent et leur créativité dans deux spécialités : cuisine et service.

Les élèves ont puisé dans les légumes et fruits du jardin à matûrité en septembre, comme figues, raisin, herbes aromatiques, tomates de différentes variétés, oignons, betteraves…

Chacune des sept brigades a servi une table de deux adhérents de l’association avec sa créativité personnelle. Ce, en correspondance avec l’esprit du Lycée : utiliser du local et pratiquer le « zéro déchet ».

Un restaurant pédagogique éphémère et hors-les-murs a pris place dans les allées de Gentil’Jardin.

La mise en place dans un style champêtre était soignée et les surprises gustatives étaient là aussi pour le plus grand plaisir des convives.

« La raison d’être de ce jardin, c’est le partage, a rappellé Laurent Pardieu. Le bénéfice pour nous, c’est le fait de pouvoir amener des jeunes dans un cadre naturel qui leur permet de travailler de la terre à l’assiette, de valoriser la fraîcheur et la proximité ».

Les deux parties ont conclu que l’expérience pédagogique était concluante et pourrait être renouvelée régulièrement dans l’intérêt des élèves et de Gentil’Jardin. Le 14 octobre et pour la première fois, ce sont les élèves de ce même lycée qui ont élaboré la recette de la traditionnelle soupe au potiron offerte chaque année dans le jardin par l’association et le Conseil de quartier du centre-ville aux Gentiléennes et Gentiléens.

Notre commentaire : Associer les jeunes du Lycée Professionnel du Val de Bièvre aux initiatives de Gentil’ Jardin est une excellente idée. Ce jardin partagé, qui fait rimer permaculture, récup’ et esprit de convivialité a donné l’occasion à ces jeunes de montrer leur dynamisme et leur savoir – faire. C’est aussi une vitrine pouvant donner aux jeunes de Gentilly des idées sur leur orientation professionnelle. À suivre et bravo !

MERCI LAURENCE COHEN !

 Laurence Cohen a été sénatrice du Val de Marne pendant 12 ans de septembre 2011 à septembre 2023.

Gentilly à Gauche Autrement tient à la remercier pour ses aides fréquentes et efficaces aux associations, ses interventions auprès des autorités (préfet…) sur des sujets variés (santé, logement, sans-papiers, droit des femmes, international…).

 —-————————————————————————————————

Adhésion à Gentilly à Gauche Autrement

Vous êtes intéressé(e) par notre démarche ? Vous souhaitez nous rejoindre ? Nous serons ravis d’échanger avec vous. Votre adhésion nous aide dans notre action. Après, chacun participe en fonction de ses possibilités et contribue financièrement comme il peut.

Nom : …………………………………………………………..         Prénom :……………………………………………………

Courriel : ………………………………………………………………………………………………………………………………….

Téléphone :………………………………………………………………………………………………………………………………

Rue : ……………………………………………………………… …..……………… ……… Bât, étage : ………………………

Code postal : ………………….    Ville :……………………………………………………………………………………………

 

La cotisation annuelle est fixée à 40 € pour tout adhérent, ramenée à 10 € pour les chômeurs et toute personne ayant des difficultés particulières. En pratique, chacun contribue selon ses possibilités, plus ou moins 40 €. Un reçu vous sera délivré, vous permettant de bénéficier des avantages fiscaux.

A compléter et à retourner à :

Gentilly à Gauche Autrement

CMAC, 2 rue Jules Ferry, 94250 Gentilly

Chèque à l’ordre de Gentilly à Gauche Autrement.

Courriel : gentillyautrement@gmail.com

Site : https://gentillyautrement.fr/

Suivez-nous sur Facebook