Approbation d’un protocole cadre entre la ville et l’UMG

0
330

Prise de parole d’Élisabeth Gruosso lors du vote sur l’approbation d’un protocole cadre entre la ville et l’UMG pour l’édification d’un lieu culturel et cultuel musulman à Gentilly

D’abord, je suis heureuse de voir un public nombreux pour ce conseil. C’est néanmoins bien dommage que cela ne soit pas le cas plus souvent car nous traitons de la ville toute l’année et que nombre de sujets méritent qu’on s’y intéresse.

Nous approuvons le projet de protocole cadre entre Gentilly et l’Union des musulmans de Gentilly parce que Gentilly est une ville où se croisent, se mélangent des habitants venus de toutes les régions de France et du monde et que chacune et chacun d ‘entre eux a le droit à liberté de culte.

La justice, la liberté, la solidarité, la tolérance, le respect, l’équité, sont des valeurs essentielles de la démocratie et de notre ville. Ces valeurs sont aussi à la base des droits de l’Homme.

Rappelons que la loi de 1905 dans son article 1er reconnaît la liberté religieuse : « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l’intérêt de l’ordre public ». Elle prolonge ainsi l’article 10 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 qui consacre la liberté d’opinion, même religieuse. La Convention européenne des droits de l’homme prévoit également dans son article 9 la liberté de manifester sa religion.

Rappelons aussi les 3 principes de la laïcité qui se dégagent de la loi du 9 décembre 1905 de séparation des Églises et de l’État qui bien qu’elle ne mentionne pas explicitement le terme, est considérée comme le texte fondateur de la laïcité en France. Ces trois principes sont la liberté de conscience et celle de manifester ses convictions dans les limites du respect de l’ordre public, la séparation des institutions publiques et des organisations religieuses, et l’égalité de tous devant la loi quelles que soient leurs croyances ou leurs convictions.

La laïcité garantit aux croyants et aux non-croyants le même droit à la liberté d’expression de leurs convictions. Elle assure aussi bien le droit d’avoir ou de ne pas avoir de religion, d’en changer ou de ne plus en avoir.

Une fois ces grands principes rappelés, plus simplement nous voulons que chaque habitant de Gentilly se sente bien dans sa ville, qu’il puisse, s’il le souhaite, exercer sa religion dans le lieu de culte de son choix, à Gentilly il y a deux églises, une synagogue partagée avec le Kremlin Bicêtre.

Certains peuvent avoir des craintes sur le partenaire musulman. Voici ce que nous pouvons lire en ligne sur l’objet de l’association culturelle de l’Union des musulmans de Gentilly :

« Objet : Contribuer à la vie sociale et associative de la ville de Gentilly, favoriser les rencontres et les échanges interculturels entre gentilléens, notamment en permettant une meilleure connaissance du monde arabo- musulman, participer à l’intégration comme au développement de rapports harmonieux entre les différentes communautés culturelles de la ville de Gentilly, promouvoir des actions culturelles autour de la langue arabe, participer et mettre en place des actions humanitaires, proposer des cours de langue arabe et du soutien scolaire. »

Il appartient à la municipalité et à l’Union des Musulmans de Gentilly de collaborer pour exercer leur vigilance et mettre en place un suivi à travers un comité de pilotage où devront se retrouver les acteurs de la ville en particulier tous les conseils de quartier. Nous voulons de belles mosquées, accueillantes et ouvertes pour que le malaise social ne se canalise pas dans l’extrémisme.

Nous voulons tout simplement un lieu de culte pour nos concitoyens musulmans car nous sommes attachés au vivre ensemble qui fait de notre ville une ville où il fait bon vivre.