De la communauté d’agglomération à la Métropole du Grand Paris

0
88

Où s’exercera désormais le débat démocratique ?

Gentilly à Gauche Autrement centre son action sur la politique locale, y compris dans la Communauté d’Agglomération du Val de Bièvre (CAVB).

Or, il apparaît à l’usage que les habitants ne savent plus qui fait quoi entre les compétences de la communauté d’agglomération et celles de leur mairie.

Quel constat faisons-nous  aujourd’hui ?

Des progrès ont été constatés  pendant ce mandat, mais la présidence de la CAVB, assurée à tour de  rôle par les sept maires de l’agglomération, fait du bureau et de l’assemblée des instances d’enregistrement des décisions. 

•  La  gouvernance a peu de contacts directs avec la population et les conseillers communautaires

de base.

La plupart des conseillers communautaires siègent  à la CAVB pour défendre les intérêts de leur ville, pas forcément ceux des autres communes.

Que nous réserve le projet de loi de la Métropole du Grand Paris (MGP) demain ?

Le projet de loi concernant l’institution de la “Métropole du Grand Paris” (MGP) adoptée en 1ère lecture, le 23 juillet 2013, par l’Assemblée Nationale, va à l’encontre de nos souhaits.

La capacité des communes à mettre en œuvre le programme sur lequel les élus se sont engagés est menacée. Avec, pour le citoyen, des difficultés d’accès aux élus et aux services déjà ressenties au niveau de l’agglomération, ce projet de loi de la MGP accentuera encore davantage la vision d’une métropole trop centralisée, éloignée où la commune ne serait plus qu’une entité exécutante, sans réelle démocratie directe.

Il ne s’agit pas de nier l’utilité de structures capables de gérer les problèmes qui dépassent l’intérêt communal et communautaire. Il s’agit de maintenir le citoyen en contact avec les lieux de décision.

Gentilly à Gauche Autrement propose les axes suivants

 pour la prochaine mandature :

Favoriser les actions qui rapprochent les collectivités locales des citoyens ; la MGP les en éloignent

Défendre la communecomme lieu privilégié du débat démocratique et de naissance des projets de territoires

Garder au commune l’autonomie politique et fiscale nécessaire à la réalisation de projets locaux

Obliger les structures supra communales à avoir des représentations dans les communes avec des guichets pour être à l’écoute des citoyens

Ouvrir un débat démocratique contradictoire en réclamant un référendum pour les populations concernées par la création des grandes métropoles.    

Contactez-nous : gentillyautrement@gmail.com