La démocratie participative à Gentilly : bilan et propositions

0
92

Elle s’organise aujourd’hui à Gentilly au travers des conseils de quartier  

Objectif : permettre aux citoyens de participer aux décisions qui les concernent, faire valoir leur point de vue et faire évoluer les décisions des élus pour prendre en compte les demandes des habitants.

Les points forts

  • Un apprentissage de la démocratie participative pour tous les acteurs: habitants, élus, services
  • Une vraie concertation sur plusieurs dossiers avec évolution des décisions
  • Une information réelle
  • Dans les conseils de quartier qui fonctionnent, des habitants qui s’impliquent, en dehors des cercles habituels

Les Difficultés

  • Faire fonctionner le triptyque : habitants, élus, administration. Nouvelles relations entre ces entités, une “révolution culturelle”
  • Habitants: soif d’information, de réponses rapides
  • Elus : dans le temps municipal, l’arbitrage des coûts, disponibilité
  • Administration: motivation pouvant manquer, disponibilité
  • Implication des habitants inégale: peu de jeunes, peu d’habitants ” modestes”
  • Temps de la concertation plus long

Les Propositions de GGA

Poursuivre résolument l’engagement dans les conseils de quartier avec un double objectif :

  • Une exigence  par rapport à la municipalité d’information en amont et de réponse rapide sur tous les sujets et initiatives proposés par les conseils de quartier et de réelle prise en compte des propositions des conseils de quartier avec  un système de réponse à toute suggestion.
  • Une volonté et des actions permettant aux habitants de se saisir de cette instance pour faire entendre leur voix.

Pour cela, nous proposons :

  • De réviser la charte des conseils de quartier pour rendre obligatoire une assemblée générale de quartier, au moins une fois par an, pour communiquer avec les habitants sur les dossiers de leur quartier
  • De créer un conseil jeune proposant à ceux- ci d’intervenir sur les dossiers qui les intéressent : programmes  culturels, demandes  spécifiques….
  • D’élire les conseillers des cdq par un vote sur liste des candidats, ouvert à tous les habitants du quartier, français et étrangers âgés d’au moins 16ans
  • De renforcer les liens du conseil de quartier avec les associations locales : association de solidarité internationale, de commerçants, sportives, culturelles…. afin d’élargir le nombre d’habitants  et de mener de projets ensemble

Enfin, nous soulignons que les conseils de quartier ne doivent pas être le seul vecteur de la démocratie participative : il faut réactiver la possibilité du référendum d’initiative populaire, il faut renforcer la transparence sur les choix municipaux. Il faut aussi que les citoyens puissent agir dans  tous les dossiers qui les concernent comme nous le demandons pour l’urbanisme, les services publics….